Localisation : Accueil -> Mon GR20 - juin 2008 -> Carnet -> Monte Cinto
 
  
GR20


Monte Cinto (2707 m)
lundi 23 juin 2008


14eme jour de marche :
Dénivellé positif : + 1400 m
Dénivellé négatif : - 1400 m
Temps de marche : 7h30 - 8h00 (avec petites pauses)
Météo : Très beau temps


Encore une belle journée qui s'annonce ! Et après le cirque de la solitude hier et le Tafunatu avant-hier, on n'a peur de rien et on se lance à 4, vers 7h00, à l'assaut du plus haut sommet de Corse : Le Monte Cinto ! Bon ok, aujourd'hui on a la tache facilitée car on a des sacs à dos de fillette : remplis de vide ; enfin, d'eau, du picnic et d'une petite laine. Le départ du sentier est juste en face de l'hotel et en plus, il est balisé par des ronds rouge (ou des traits selon l'endroit). C'est balisé jusqu'au sommet (alors que dans mon guide c'était simplement marqué cairné). Tant mieux ! on n'aura pas trop à chercher. Le début du sentier est tranquille, à flanc de montagne, puis les choses sérieuses commencent lorsque l'on franchit une passerelle au dessus d'un torrent. Au dela de cette passerelle, il faut grimper avec les mains à certains endroits. Nous entrons ensuite dans la vallée de la Tour Penchée, montagne bien reconnaissable. Ca monte, ca monte, et ca monte encore. il faut bien les faire ces 1300 - 1400 m de dénivellé !

 

     

   

   

Nous arrivons alors à la limite des premiers névés et le terrain devient une succession d'éboulis. Et les éboulis, à monter, c'est pas ce qu'il y a de plus facile. Deux pas en avant, un pas en arrière ! Bon on atteint quand même la pointe des éboulis (qui porte bien son nom !) vers 10h30. De la, la vue commence à être sympa. On voit notamment Calvi... Mais la pointe des éboulis, ce n'est pas le sommet. Celui ci nous nargue quelques mètres plus haut. Pour y accèder il faut en fait le contourner par la droite, redescendre un peu, puis remonter, le tout dans d'énormes rochers à escalader, voire des névés bouchant le passage (cf photo) ! Attention à ne pas louper une marque rouge... sous peine d'avoir à rebrousser chemin... (comment ca ca sent le vécu ?). Il fait chaud et ca commence à être un peu dur... On atteint le sommet à 11h30 et on y retrouve de groupe de l'UCPA. Les furieux eux sont déjà dans la redescente. Tout le monde quitte le sommet et nous y sommes donc seuls pour déjeuner ! Excellent !

               

     

 

 

Enfin seuls, c'est vite dit... Une bande de chocards peu farouches guètent nos miettes de pain. Il suffit d'en lancer une en l'air pour que 2 ou 3 specimens se jettent dessus et la choppe au vol. Cath arrive même à donner du bout des doigts un bout de pain à un chocard plus courageux que les autres. On assiste aussi au vol d'un aigle, ce qui a pour conséquence de faire piailler les chocards...

         

   

La vue quant à elle est à 360░. Au sud, on voit le lac de Calacuccia et, derrière le lac, le massif du Rotondo. Au nord, à nos pieds, se trouve le lac d'Argentu, et tout en bas, on aperçoit les toits d'Asco. C'est loin ! et on vient de la bas ! Et on va y retourner aussi. A l'ouest, le lac du Cinto, encore en partie gelé et le massif de la Punta Minuta. Le cirque de la solitude se trouve derrière. Au nord-ouest, la vue s'ouvre sur la baie de Calvi !

     

   

On crame tranquillement pendant une heure, une heure et demi, avant de redescendre, par le même chemin qu'à l'aller. Il fait vraiment super beau et super chaud. La descente (et la remontée) jusqu'à la pointe des éboulis se fait prudemment vu le terrain. Ensuite, on dévalle les éboulis en sautant, courant ! le pied ! Ca fait un peu de poussière mais au moins, c'est plus facile à descendre qu'à monter. On retrouve la vallée de la Tour Penchée. Ca commence à être long et difficile, surtout sous ce soleil qui cogne un max. Enfin la passerelle du torrent est la et il ne reste plus que quelques dizaines de minutes avant de rejoindre Asco. C'était vraiment une super journée, tant du point de vue des paysages, que du dénivellé, que du beau temps. Ca nous a ouvert l'appétit pour déguster le super repas du soir de l'hotel ! Demain on réattaque le GR en allant vers Carrozzu.